Think n°94: Je suis parti chasser des pokémon en Birmanie

image temple birman

Alors ça c’est un truc qui s’est passé l’année dernière, une aventure profondément gravée dans ma mémoire que seule Alzheimer pourrait me faire oublier, et encore, il faudrait qu’elle s’y prenne à plusieurs (et que je sois attaché).

En fait, j’en avais marre de chopper que des Rattata et des Roucool dans Pokémon Go, alors je me suis dit qu’il fallait que je parte explorer de nouvelles contrées lointaines, sauvages et inconnues.
Après tout, c’est pas en restant coincé chez sa mère à Bourg-Palette que Sacha (un exemple pour nous tous) est devenu le meilleur dresseur.
Aussitôt, ma carte bleu est devenue verte, je venais de claquer quelques centaines d’euros pour un billet d’avion à réaction en direction de la Birmanie. Myanmar pour les intimes.
Qui sait, peut-être que des Chenipan et autres Aspicot shiny s’y trouveraient 🙂

Là, on arrive à la phrase qui met du suspense à fond pour tenir en haleine l’internaute:

Ce que j’allais découvrir serait bien au delà de tout ce que j’avais imaginé…

image Hpa-An

Egaré dans la vallée infernale…

image singe sauvage

Du coup je vais vous raconter un peu mon périple, alors installez-vous confortablement.
Si vous avez besoin d’aller faire pipi faites-le maintenant car après vous ne pourrez plus y aller, ici c’est comme sur France Télévision, y’a pas de pub.

Déjà, pourquoi avoir choisi la Birmanie me demanderiez-vous si j’étais doté de super-pouvoirs pour vous entendre?
Il y a tellement de raisons: premièrement par l’intérêt que j’ai pour son histoire qui s’est enrichie au fil des décennies, par mes nombreuses lectures qui m’ont sans cesse ramené à ce pays encore plus tropical qu’une canette d’Oasis bien fraiche, par l’éducation de mes parents qui dès mon plus jeune âge m’ont transmis les valeurs fondamentales du bouddhisme (mon père était chauve), sans oublier mon immense et non négligeable point commun avec le peuple Birman: j’adore les nouilles.
En considérant l’ensemble de ces éléments, j’aurais quand même été bien con de partir en Norvège.

image de rangoun

image de Rangoun 2

Dès les premières minutes de mon arrivée à Rangoun (après avoir raté mon avion et être resté bloqué 48 heures en Chine, mais c’est une autre histoire…), je me suis mis à arpenter les rues tentaculaires et colorées de l’ancienne capitale et j’ai lancé Pokémon Go, fébrile et excité à l’idée de découvrir d’incroyables nouvelles créatures exclusives!
Et là, ce fut le premier drame de mon voyage.

PAS DE RESEAU INTERNET EN BIRMANIE !

J’ai décidé de ne pas me laisser submerger par la panique, je me suis alors aussitôt rendu dans une auberge de jeunesse à 5 euros la nuit, avec wifi et puces de lit All Inclusive.
Nouveau problème, la connexion était encore plus capricieuse qu’une petite fille au supermarché devant un rayon rempli de petits poneys, et comme si cela ne suffisait pas, les Pokéstop étaient trop loin pour être tournés !

pokestop en birmanie

La situation devenait dramatique, je n’avais aucun moyen de me procurer de précieuses pokéballs, petites bouboules indispensables dans ma quête du Magicarpe Birman.
Je commençais à baliser un peu, et si j’étais parti pour rien?

J’imaginais déjà mon retour au pays, la tête baissée tel un soldat revenant d’une bataille perdue, j’anticipais la réaction de ma famille au moment où je leur apprendrai que la seule chose que j’avais choppé en Birmanie, c’était une grosse diarrhée.
Je serais alors renié de tous, forcé de m’isoler pour le restant de mes jours dans une pièce sombre et humide, avec des rats, et c’est tout ce que je mériterais.

Non, je ne pouvais m’y résigner…
Je ne pouvais quand même pas me résoudre à ça…
Thomas, ressaisis-toi ! me dit subitement une petite voix venue de nulle part au dessus de mon oreille.
Une voix céleste puissante et pure, probablement l’esprit de Sacha ou du Dalaï Lama, venait à mon secours !
(Après j’ai réalisé que c’était juste une puce de lit qui voulait taper la discut’).

Cette puce m’a redonné du courage. Je l’en remercie.



Y’a pas de soucis mec !

Je chasserai les Pokémon à main nues, sans pokéballs et sans application.

Quelques minutes après, j’appelais mon taxi-barque et je m’enfonçais dans la jungle.
Je venais peut-être de prendre la meilleure décision de ma vie, le pilote de barque allait me faire part d’une information capitale.

image barque Lac Inle

Image pilote de barque
J’ai entendu parler d’un troupeau de Phanpy sauvages à l’est du pays.
Pour atteindre les bestioles, tu devras traverser des forêts, explorer des temples, dormir avec des puces, ce voyage sera dangereux, tu auras besoin de moi.
Contre un paquet de clopes, je t’accompagnerai dans ta quête et je te promets que tu rentreras dans ton pays de chômeurs avec un Phanpy ajouté à ton tableau de chasse.


Image pokémon Phanpy

Alors j’ai traversé le pays à le recherche des Phanpy:


Rangoun/Yangon: J’ai silloné la ville et ses temples, j’ai découvert des hommes et des femmes avec le cœur sur la main.


photos du calendrier de nouvelle année
image de hpa-an 2
Hpa-An: J’ai assisté à des cérémonies funéraires pensant que c’était le carnaval, je me suis incrusté dans les photos du calendrier de la nouvelle année, j’ai exploré des grottes blindées de nosferapti avec un birman à la retraite qui n’arrêtait pas de chanter la chanson de Titanic, j’ai super bien mangé, jai rencontré des hommes et des femmes avec encore plus le cœur sur la main qu’à Rangoun.

image lac inle
image alentours du lac inle

Le Lac Inle et ses alentours: J’ai passé mes journées sur l’eau à la rencontre d’habitants vivant dans des maisons sur pilotis, j’ai gouté à des plats succulents (rien à voir avec Hpa-An) et j’ai découvert des temples encore plus beaux qu’à Rangoun.

Et surtout…

J’ai fait la rencontre d’un pokémon de deuxième génération !!!

Trop trop content, c’était la première fois de ma vie que je voyais un Girafarig ! 😀

image de kalaw

Kalaw: J’ai foulé les vertes contrées de Kalaw, j’ai oublié de payer mes nuits à l’auberge, j’ai eu un petit coup de fatigue alors je suis aller voir les plantations de cannabis et d’autres drogues revigorantes du vieux sage vivant sur les hauteurs, j’ai gouté à des plats mille fois meilleurs que ceux du lac Inle et vu des gens franchement plus sympas qu’à Hpa-An.

Le troupeau de Phanpy n’est plus loin mon garçon…
En attendant, vas m’acheter un nouveau paquet de clopes stp.

image de mandalay
image de mandalay 2
image de mandalay 3
Mandalay et ses alentours: J’ai vu une ville en pleine effervescence et des environs absolument paradisiaques. J’ai eu le chance d’être conduit devant des temples encore plus impressionnants que ceux du Lac Inle et je ne vous parle pas de la bouffe: cent fois supérieure à celle de Kalaw.



Bagan: J’ai loué un scooter électrique et je suis tombé en panne 30 minutes après au milieu de nulle part. Un autre jour je devais faire de la montgolfière mais il y avait trop de vent. Par contre, mention spéciale aux habitants si accueillants, à des années lumières des gens de Kalaw. Concernant les temples, on est un cran au dessus de ceux de Mandalay, même si un tremblement de terre dévastateur en a dévasté (en même temps c’est le but d’un tremblement de terre dévastateur) une bonne partie.
Ce cataclysme s’est déroulé seulement quelques mois avant mon arrivée et il fut un drame pour tout le monde.
j’en suis encore personnellement ému rien qu’à la pensée de tout ces temples cachés sous d’immondes bâches bleues et vertes, sans leur présence j’aurai pu faire des photos vachement plus belles pour mon compte Facebook :'(


Ngwe-Saung: Alors là par contre j’ai rien foutu.

Et pour cause, mon pilote de barque m’avait prévenu.

Thomas, après toutes ces aventures, tu arrives au bientôt bout du bout de ta quête, les Phanpy ne sont plus qu’à quelques kilomètres.
La chasse va bientôt commencer Thomas, garde toutes te forces pour ce grand moment.

Aussitôt qu’il m’ait dit ça, j’ai senti l’adrénaline monter d’un coup, ce serait peut-être bientôt à mon tour de pourchasser une pauvre bête innocente pour réellement me sentir exister.
J’en ramènerai un super cliché comme les autres font, je deviendrai alors une sorte de demi-dieu, ou pourquoi pas même un dieu entier.
Depuis mon auberge, je cherchais des images sur Google pour me mettre l’eau à la bouche.


trophées de sage

Et puis le grand jour est arrivé.

mon trophée de chasse

Mon premier trophée de chasse en Birmanie !
Ce sentiment de toute puissance lorsque la bête tombe sous les balles du fusil <3
À refaire! (avant qu’il n’y en ait plus)

(C’est ce que j’avais écris sur Facebook pour accompagner la photo.)

commentaires facebook

Okay, j’ai peut-être perdu quelques amis à la suite de ce voyage, mais je ne regrette rien.
Même les moins dégourdi(e)s d’entre vous l’auront remarqué, cette aventure asiatique vécue l’année dernière fut une expérience incroyable, la Birmanie est un pays magnifique et même si on dit ça pour chaque pays qu’on visite: la population locale est vraiment attachante et accueillante.
Bon là c’est vraiment vrai, bien plus que d’habitude.
Une chose est sûre, je n’ai pas eu la chance de vivre une telle épopée cette année, j’ai mon pokédex qui m’a lâché et ça m’a couté une fortune, du coup j’ai réduit le budget vacances pour cette année 🙁

image vacances 2016 vs Vacances 2017

En tout cas, j’y retournerai vraiment avec plaisir pour chasser quelques légendaires.
J’attends seulement que Aung San Suu Kyi fasse son boulot de dirigeante, autrement dit le maximum pour régler cette terrible crise humanitaire qui oppose certains bouddhistes aux musulmans de l’est du pays.
Un conflit qui s’est malheureusement amplifié en cette année 2017.

Là bas, ils ne rigolent vraiment pas…
Nous, on se contente d’être raciste en cachette, en douce, ça se limite à voter pour une blonde possédée aux élections, à se balader dans la rue avec un saucisson Justin Bridou planqué dans la poche pour se protéger en cas d’attaque terroriste ou à écrire des blagues franchement limites à la fin d’articles qui parlent de la Birmanie sur des blogs, rien de bien méchant.
Là bas, des villages sont incendiés, des femmes sont violées et des familles entières sont forcées de fuir vers les pays voisins comme le Bangladesh dans la misère la plus totale, alors qu’ils ne roulent déjà pas sur l’or, ils ont même pas la Nintendo Switch.

Alors je vous demande d’encourager Aung San Suu Kyi, je vais mettre une photo d’elle et vous allez lui pousser un petit cris d’encouragement, là maintenant derrière votre écran.
Je vous demande de le faire sérieusement parce ce que c’est important, c’est pas grave si vous vous payez la honte parce que vous êtes dans le métro parisien et que vous êtes en train de vous faire harceler sexuellement.
Le pouvoir de la force de la pensée bouddhiste est si puissant qu’elle l’entendra, et si la crise se règle prochainement, ce sera un peu grâce à vous.
Qu’est ce qu’on peut faire d’autre? J’ai signé une pétition il y a un mois et ça a rien fait.


image de la dirigeante birmane

Si vous voulez vous pouvez rejoindre ma page facebook pour suivre mes prochaines aventures.
Une expédition incroyable et épique est prévue pour 2018, et en plus ce sera les 10 ans du blog…

dédicaces du Think n°94

9 réflexions au sujet de « Think n°94: Je suis parti chasser des pokémon en Birmanie »

  1. Tout ce périple n’aurait pas été ce qu’il est devenu sans cette puce de lit.

    Encore merci à elle !

    Ca fait du bien de relire j’suis fan de ta plume aux divagations pour le moins fantaisistes =) !

    • J’ai un peu l’impression que tu m’as démasqué Ines…
      Tout cet article est en fait un prétexte pour véhiculer une propagande à la gloire des puces de lit.
      Elles m’ont filé un bon chèque pour que je milite à leurs côtés dans le combat contre leur extermination 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *