Think n°76: Mes conseils nutritionnels pour vivre plus longtemps, voire ne pas mourir !


J’ai encore fait une découverte sensationnelle qui va changer le cours de ma vie, et probablement de la votre…

C’était il y a quelques jours, à Montréal.
Au détour d’une conversation, j’ai appris, émerveillé (et des étoiles plein les yeux), que les cadavres humains prenaient plus de temps à se décomposer que par le passé, phénomène causé par notre alimentation qui n’est plus la même qu’à la lointaine époque de nos arrières grands-parents.
Donc en gros, ils n’avaient pas d’iPad ni de Nintendo 3DS, et en plus ils se décomposaient plus vite, quelle triste période de l’humanité, qu’on se rende compte de notre chance.

En fait, c’est très simple à comprendre: nos assiettes sont tellement blindées de conservateurs et de produits finissant en ium que ces derniers, après avoir conservé ta mousse au chocolat avec pépites de nougat, conservent ton foie et tes poumons.
Ainsi, une fois six pieds sous terre, tu restes en l’état plus ou moins longtemps selon le nombre de mousses ingurgitées.

Soit dit en passant, c’est une très bonne chose pour les asticots qui ne sont plus obligés de se stresser à finir dans la précipitation pancréas et autres gros intestins avant la date de péremption, jusqu’à s’en provoquer des crises de foie.
Mais ce n’est pas le sujet de ce Think, je crois par ailleurs que j’ai suffisamment parlé d’asticots sur ce blog par le passé, étant donné les liens « vitaux » que j’entretiens avec cette espèce animale.


Bref, en apprenant ça, tout s’est bousculé dans ma tête…
J’ai eu comme une illumination et j’ai été halluciné que personne ait eu la même idée révolutionnaire que moi…

Toujours dans ma quête d’immortalité (enfin, je veux juste éviter de mourir avant qu’on découvre de la vie sur une autre planète et de savoir qui va remporter les élections présidentielles de 2012), j’ai déduit que si les conservateurs pouvaient conserver notre corps dans le cercueil, ils pouvaient très bien le faire de notre vivant!

Ça me parait logique.
Comme quoi, ce n’est pas la peine d’avoir fait Bac+9 pour faire preuve de bon sens, hein.

Je me suis alors lancé dans une recherche intensive des aliments qui pouvaient contenir le plus de conservateurs possible et ainsi entreprendre ma nouvelle cure de jouvence…


Dans quelques heures, j’allai réussir là ou tant d’hommes avaient échoué (sauf Jack Sparrow dans Pirates des Caraïbes 4, mais c’est un film), dans quelques heures, j’allai être celui qui percerait enfin le mystère de l’immortalité.
J’ai passé une nuit entière à parcourir de vieux grimoires dans une sombre bibliothèque.
J’étais habillé tout en noir, avec une capuche qui cachait mon visage, du coup j’avais super chaud, mais c’était pour que l’ambiance soit oppressante le jour où je vous raconterai mon histoire sur mon blog, ce que je suis en train de faire désormais.
Qu’est ce qu’on ferait pas, je vous jure.


Je feuilletais frénétiquement des dizaines et des dizaines d’ouvrages, des gouttes de sueur coulaient sur mon visage et mes yeux se croyaient en plein Roland Garros tellement je les balançait avec fougue de gauche à droite au fil des paragraphes.
Tout s’est précipité quand je suis tombé sur un bouquin intitulé: « Les valeurs nutritionnelles des produits McDonald’s de la fin du XXe siècle à nos jours ».
Il était 6 heures du matin, après de nombreux calculs, je suis arrivé à la conclusion suivante:


….

…..

……..

……………

…………………..

…..

……

……….

………………

MCDONALD’S = VIE ÉTERNELLE

…….

………….

……………….

……………………….

Sur ce coup là, je dois avouer que je suis bien heureux, comme j’ai travaillé presque un an dans un McDo et que j’y ai mangé quasi quotidiennement, je suis assuré d’office d’atteindre les 150 ans.
Je ne compte pas me reposer sur mes lauriers pour autant, l’immortalité, ça se travaille chaque jour.

À compter d’aujourd’hui, je me suis promis de manger matin, midi, goûter et soir au McDonald’s, en espérant que les conservateurs s’incrusteront correctement sur toute la surface de mon corps, je suis optimiste.
Vu la fréquence à laquelle certaines personnes vont au Mcdo, ça ne m’étonnerait qu’à peine que je ne sois pas le premier à avoir trouver le filon.

Moi qui aime bien voyager, je me suis procuré une carte du monde qui montre les pays où McDonald’s est absent, histoire de ne pas faire de connerie en choisissant mes futures destinations.


carte des pays sans mcdo

Quand on analyse la carte, on remarque qu’il n’y a presque pas de McDo en Afrique!
Et après on s’étonne qu’ils meurent tous de faim !
Quelle hypocrisie.
C’est quand même incroyable que personne avant moi ai pensé à implanter des McDonald’s en Afrique !
Parfois, je me demande dans quel monde je vis.


Cette histoire de conservation est aussi une très bonne nouvelle pour les dons d’organes.
Si par un matin pluvieux, le McDo devait faire faillite et que je devais me résigner à mourir après avoir ingurgité mes derniers nuggets, je ferais don de mes organes transgéniques pour qu’ils puissent sauver des vies (quand on peut faire plaisir).
Bon par contre, il y aura intérêt à vérifier que je sois bien mort avant la récolte, je n’ai pas vraiment envie de me réveiller trois heures après sans mon cœur ni mes poumons et devoir faire des démarches administratives voire des procédures pénales pour les récupérer, disons que je n’aurais pas le cœur à ça.


Voilà, vous avez désormais entre vos mains le tutoriel pour vivre autant de temps que vous le souhaitez, après, si vous avez plutôt un tempérament suicidaire, rien ne vous empêche de manger bio ou d’acheter des yaourts sans colorants ni conservateurs, c’est votre problème.


Publié le lundi 12 mars 2012.


16 réflexions au sujet de « Think n°76: Mes conseils nutritionnels pour vivre plus longtemps, voire ne pas mourir ! »

  1. Fabuleux, ce think m’a marqué thomas ^^ Mais il se trouve que je ne suis pas trés accro aux McDo et compagnie, donc adieu dés maintenant :/ ?

  2. Salut
    je connais un type Qui a fait ça se nourrir Mc do tous les jours trois fois par jour,dans un DVD très disney. Supersize me!
    Intéressant la conservation des frites a la fin du reportage.
    Chers!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *