Think n°67: Ma première semaine à Montréal.

Je pars vivre un an au Canada

Bienvenue au Canada

Voilà, ça fait une semaine que j’ai quitté ma terre natale pour partir à la conquête du Canada, dans le but de découvrir de nouvelles espèces de pokémon.

Évidemment, le départ n’a pas été facile, je n’ai pas eu le temps de dire au revoir à tout le monde, que ce soit à certains de mes amis ou encore à des membres de ma famille, j’aurais tant aimé revoir tante Aimée.
Quoi qu’il en soit, le départ ultime était prévu pour le 16 juin 2011…

Dans l'avion...

Pendant les 8 heures d’avion, j’ai pris la décision de ne pas dormir et j’ai fixé l’océan tout le long du trajet.
Je n’écoutais même pas de musique, je regardais l’océan seulement.
Pendant 8 heures…
Je me suis carrément bousillé les yeux, j’espérais en fait apercevoir une baleine ou un Ben Laden flottant.
Le comble c’est que je n’ai vu aucune baleine, et plus étonnamment, aucun Ben Laden.

Je suis ensuite arrivé dans ma petite maison à Montréal.
Je sais, c’est trop beau, cadre de vie génial, la verdure tout ça.

maison


Je me réserve bien sûr de dire qu’en fait, je vis à la cave.

maison

La première nuit.

La première nuit s’est bien passée, mais je n’ai pas fermé l’oeil, j’étais conscient du danger qui allait me menacer dans les prochains jours…

Première nuit

Les ecureuils.

Petit interlude sur les écureuils.
Certains d’entre vous m’avaient dit qu’ils étaient persuadés que mon premier Think au Canada aurait pour sujet les écureuils.
Je fais donc cette petite pause dans ce Think pour ne pas vous donner tort.

ecureuil

En effet, il y a plein d’écureils à Montréal, c’est fou!
J’en croise au moins une dizaine tous les jours, à moins que ce soit toujours le même qui me suive partout dans la ville, une sorte d’écureuil espion.
La prochaine fois que j’en croise un, je lui accroche un petit drapeau rouge ou jaune (et qui brille dans la nuit), comme ça je pourrais connaitre la vérité.
Si ça se trouve c’est un écureuil électronique :-0

La menace.

À l’aube du 6ème jour, la menace était bien réelle, elle pointait le petit bout de son nez, il me restait plus que deux Haribo dans mon tiroir à Haribo!
J’étais en voie d’extinction, pas de Haribo au Canada, le Canada survit, pas de Haribo dans Thomas, Thomas meurt, c’est le théorème de Thinktagore.
(FUITE: Le théorème sera en exercice dans l’examen de math du bac de l’année prochaine)

tiroir haribo

Le 7ème jour, plus de Haribo…

J’étais faible, je me sentais un peu comme le gars dans Into The Wild, à la fin.
Ou comme Frodon, à la fin.
Ou comme Clark Kent quand il est en contact avec de la kryptonite.

en train de mourir

Malgré ma faiblesse, il fallait que je réagisse.

Je devais me rendre en ville.
J’ai marché, encore et encore.
J’ai foulé le sol de chaque rue, de chaque station de métro, de chaque bouche d’égout, tout ça dans l’unique espoir de croiser le regard d’un dragibus qui roderait dans le coin d’un boulevard ou d’une petite fraise tagada orpheline.

Dans ma quête, j’ai découvert des endroits bizarres, mais aussi des endroits magiques.



Le dortoir de DSK au Canada:

Chambre des gicleurs

Des jardins japonais:

Jardin japonais

Des rues pour les geeks:

iBurger


Des rues interdites au projet Dharma:

projet dharma


J’ai sollicité les gens dans la rue comme dans la Carte aux trésors, j’ai dis aux passants que s’ils me disaient où je peux trouver des Haribo, je leur apprendrai la technique secrète pour se moucher sans mouchoir en se mettant un doigt sur la narine et en expirant avec l’autre.
Mais personne ne m’a aidé.


Nicola


Des monuments beaux:


oratoire saint joseph

Des McDonald’s qui traduisent tout:

Le mac poulet

Des ruines mystiques:

ruines

Des stations de métro où le nom fait penser à un circuit de Mario Kart:

station snowdon


Des grosses boules:

Biosphère



Quand la mort frappe à votre porte.

RIEN, pas de trace de bonbons haribo dans les parages, il était 5 heures du matin, je devais rentrer chez moi.
Je me coucherai dans mon lit et j’attendrai la mort.

Mais à 8 heures du mat, sur la route du retour, mes yeux se sont illuminés subitement devant la vitrine d’une petite épicerie…

halleluyah

Des haribo à Montréal!!!

halleluyah


Une épicerie avec des haribo à l’intérieur!!!
Depuis ce jour, je crois en tous les dieux!

Juste à coté de chez moi en plus!
C’est ça qu’est bon.

Québon

Voilà, je peux donc vivre en paix à Montréal, sans angoisses.
Le temps passe ultra vite, il me reste plus que 348 jours au Canada 🙁
Je me suis acheté un vélo pour faire du vélo, je découvre la ville d’heure en heure.
Le vol de vélo est très répandu à Montréal, il est impératif d’avoir un cadenas, mais apparemment ce n’est pas toujours efficace, voyez avec cette photo prise aujourd’hui:

vol de vélo

Au programme des prochaines semaines: New-York, Chutes du Niagara, Disney World en Floride, rencontre avec les baleines et road trip en Gaspésie, il va sûrement m’arriver des trucs et vous pouvez compter sur moi pour que je vous les raconte.

Publié le jeudi 23 juin 2011

vue

les dédicaces du think 64

Une réflexion au sujet de « Think n°67: Ma première semaine à Montréal. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *