Think n°49: La secte de la multiprise électrique.

Vous n’êtes pas censé le savoir, mais à la mi-août, j’ai déménagé.
Une page s’est tournée, une nouvelle est prête à s’écrire.
Je déconne, j’ai plus d’encre.
T’aurais pas une cartouche stp?

Le mois d’août fut donc consacré au remplissage de carton à gogo, mes pokéballs dans celui-ci, mes J’aime Lire dans un autre.

Comme j’entre à l’université, un choix de taille s’est imposé à moi…

Woody, nous avons vécu tellement de choses ensemble, tu es un jouet incroyable…

Poubelle, grenier ou garderie?
Qu’est ce que je vais faire de toi Woody…
La réponse au prochain Think…

Au fait, je rentre pas à l’université hein, je voulais juste faire comme dans Toy Story 3 c’est tout.
J’ai aimé Toy Story 3.

Après le déménagement arrivait l’heure de l’emménagement.
Où mettre le lit? Où mettre mon poster de Kate en bikini?
Tant d’obstacles que j’ai du résoudre tout seul comme un grand.

Il a ensuite fallu faire les branchements, mon écran, mon lecteur blu-ray, mon home-cinéma de la mort qui crache des watts, ma Wii enfin dépoussiérée.
Pour brancher tout ça, j’ai eu besoin de multiprises…

Sans vraiment savoir pourquoi, il y a des objets comme ça qui mettent de bonne humeur, des objets pourtant insignifiants mais qui ont le don de nous conférer des petites ondes de bonheur l’espace d’un instant.
Réfléchissez-bien, ça doit sûrement être votre cas à vous aussi, trouvez votre objet fétiche.
Ça peut être n’importe quoi, un stylo 4 couleurs, une brosse à chiottes, une pelle…

Moi, j’adore les multiprises, je sais pas pourquoi.
J’adore cet objet et je suis toujours content quand j’en vois, je tiens à préciser que je ne me fous pas de votre gueule.
C’est peut-être de famille, j’en ai parlé à ma mère et elle m’a confié qu’elle aussi adorait les multiprises!
Oui, dans la famille, nos discussions sont passionnantes.
Pour moi la multiprise représente la liberté, sûrement grâce aux possibilités infinies de branchement, branchez une multiprise sur une multiprise elle-même branchée à une multiprise et vois brancherez tout ce que vous voudrez, c’est juste l’extase à l’état pure.
Par contre ça peut aussi faire péter votre baraque.

Si je n’étais pas déjà gourou d’une secte, je lancerais sans hésiter une seule seconde La Secte De La Multiprise: branchez votre esprit à la liberté électrique.

Mais malheureusement ma secte me prend déjà beaucoup de temps donc ce n’est pas possible.
Par chance, les nouveaux gourous que j’ai formé lors du dernier stage d’initiation s’en occupent et ils sont à fond dedans.
Bon boulot les gars!

Quand elles sont branchées, je trouve mes multiprises encore plus étincelantes, chacune d’elle dégage une aura qui m’apaise immédiatement, et ce dès le premier échange de regard.
Les yeux dans les trous.
J’aime partager le plus de choses possibles avec mes multiprises pour ne rien regretter ensuite.

Je me promène en campagne avec mes multprises, je vais au boulot avec mes multiprises, je dors avec mes multiprises.
Au moment où j’écris, je m’apprête même à prendre un bain avec mes ARRRRR GRRRRRR ZZZZEEEEEE RRRRRRRRRRRAAZAZDFDFGFH.

………..

Publié le 27 aout 2010

Think dédié à Sandrine Lerat, Rémi Duriez, Morgan Cénent, Amnseso Calield et Timothy Khoury. .


MAJ du 30 aout 2010

Que s’est-il passé après ma mort?
Lisez la suite de l’histoire dans le Think n°50…

2 réflexions au sujet de « Think n°49: La secte de la multiprise électrique. »

  1. Ping : Think n°50: Je suis mort mais ne repose pas en paix. | Thomas Think

  2. Ping : Think n°53: les coulisses de ma résurrection… | Thomas Think

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *