Think n°41: Confessions d’un asticot mangeur de cadavres.

AVANT-PROPOS: Si vous avez eu un décès dans votre entourage dernièrement (sincères congratulations), c’est peut-être mieux de ne pas lire ce Think.

C’est une grande première dans l’histoire de ThomasThink.com!
Exceptionnellement, ce n’est pas moi qui vais rédiger ce Think mais un animal…

Laissez-moi vous expliquer la situation, dans le Think n°40, je me suis avancé en déclarant que les asticots qui bouffaient les cadavres
d’humains dans les cercueils étaient des no-lifes qui ne voyaient jamais le jour.
Bref, j’ai laissé sous-entendre qu’ils avaient une vie de merde.
A ma grande stupeur, j’ai été victime d’une manifestation d’asticots juste devant chez moi le lendemain de la publication de ce Think, soit le 3 Octobre 2009.
Ils étaient des centaines à ramper avec leurs banderoles.
En prenant une loupe, j’ai pu y lire: « Thomas Think: ignorant! », « Thomas Think, on aura ta peau! » etc…
Le chef des asticots était présent, en possession d’un mégaphone, il s’est directement adressé à moi:
– Thomas, nous les asticots sommes profondément attristés par la violence de tes propos, notre profession de bouffeur de cadavre est très sérieusement entachée, accorde-moi un entretien et tu changera d’avis sur nous »

J’ai donc longuement discuté avec Timothée (le prénom du chef) autour d’un café, voici des extraits de ses déclarations.


Déclarations:

« J’me présente, j’m’appelle Timothée, je suis un asticot mangeur de cadavre, chef de ma section.
Mon job, c’est liquider les cercueils, je déplace mes unités spéciales de tombes en tombes, on fait du bon boulot. »

« J’suis né d’un père algérien et d’une mère japonaise qui se sont rencontré pendant le guerre de 44 sur une plage du Mexique.
J’suis marié, j’ai deux gosses, et je fait tout pour réussir ma vie, mon pote.
J’suis pas ici pour me la ramener, okay mon boulot me permet d’avoir pas mal de thunes, mais j’suis pas dans le trip bling-bling.

Je bouffe ta mémé en toute discrétion. »

« Gars, quand tu dit qu’on est des no-lifes, j’espère du fond du boyau que t’es pas sérieux.
J’suis à la tête d’une équipe de 300 vers, ce sont tous mes employés depuis plus de 5 ans maintenant et ils se démènent pour moi, aussi, je pense être un bon boss.
Si j’te dis ça, c’est pour te montrer qu’on glande pas.

Ma carrière a été couronnée de succès, on bouffe pas que des anonymes, j’me souviens encore de Carlos en 2008, on s’était bien fait plaisir.
Quand il ne reste plus que des os, on est mutés ailleurs, on voyage de cercueils en cercueils via des tunnels souterrains reliant tous les cimetières de France. »

« Bien sûr que tout n’est pas rose dans la vie d’un asticot, j’ai déjà vécu pas mal de chapitres sombres dans ma life.
J’me rappelle de mon frère, ce bon vieux Jean-Luc, il était heureux comme un poisson dans l’eau. Il était.

Séquence émotion.



(Petite parenthèse de Thomas: sa tête me fait trop trop marrer, j’peux pas m’empêcher d’éclater de rire dès que je vois Gimini Cricket LOL puissance 100 xpldr mdr ptdr – Fin de la petite parenthèse)

Sortez les mouchoirs.

« Il s’appelait Jean-Luc, c’était mon frère paternel.
Il a été embarqué comme une bête qu’on enverrait à l’abattoir.

On l’a foutu vivant sur un hameçon de pêche à la baleine.
J’peux te dire qu’il en a morflé.
La baleine a mordue à l’hameçon pour ensuite s’échapper dans les profondeurs des océans.
Dans le ventre de la baleine, Jean-luc était perdu.
S’il n’y avait pas eu Gepetto, j’aurais pu dire adieu frérot.
Gepetto était un vieillard qui avait lui aussi été bouffé par la baleine je sais pas trop comment.
Heureusement, son fils Pinocchio est venu le sauver quelques semaines après.
Jean-Luc s’était infiltré dans la poche arrière du froc de Gepetto et c’est comme ça qu’il a retrouvé la terre ferme.
3 années plus tard, Jean-Luc mourrait du sida.

Chienne de vie. »

Mon jour de congé.

« Pendant mon jour de congé, je m’occupe de mes gosses et je joue un peu à la console.
J’ai la Wii mais franchement pour un ver c’est fatiguant.
J’ai perdu presque 15 kilos quand j’me suis mis à Metroïd Prime 3, je préfère les jeux calmes comme Wii Echecs.
Putain j’te raconte même pas, le champion final est super coriace, il est carrément intelligent!
Il me fout en échec et mat à chaque fois!

Lui, j’peux te dire que quand il va claqué, c’est moi qui viendrait lui bouffer la cervelle et je m’en lèche déjà les babines! »

Soutenez la loi INCINERADOPI:

« Disons que mon job ne connait pas la crise, des cadavres, il y en aura toujours.
Mais nos syndicats ne cachent pas leurs vives inquiétudes devant certaines menaces…
L’incinération, mais c’est quoi ce bordel?!

Y’a des gens qui au lieu de se faire enterrer se font brûler!
On va quand même pas bouffer des cendres, merde à la fin!
Vous les humains, il me semble avoir vu au journal de 20h de Laurence Ferrari que vous avez la loi HADOPI qui interdit le téléchargement illégal,
nous on a INCINERADOPI, une loi contre l’incinération, mais on a du mal à se faire entendre… »
[…]

« En faite, on a décidé d’emprisonner à perpétuité les cadavres hors-la-loi qui ont oser se faire brûler, dans le but d’éviter les récidives.
La loi fait polémique, et j’ai besoins de vous, humains, pour soutenir cette loi.
J’ai squatté l’ordinateur de Thomas et j’ai fait un groupe Facebook, déconnez pas, rejoigniez-le, sérieux quoi. »

Voila, c’était l’intervention de Timothée, un asticot que j’ai appris à connaitre et qui m’a ouvert les yeux sur sa profession, bien plus que méritante.
Je vous laisse, je viens de recevoir un message privé Facebook de Timothée qui m’invite à une soirée Bowling.

LE SAVIEZ-VOUS?Aucun asticot n’a été maltraité pendant le tournage de ce Think, je les ai tous relâché dans la nature après la séance photo.

Publié le 16 Octobre 2009

179 réflexions au sujet de « Think n°41: Confessions d’un asticot mangeur de cadavres. »

  1. Ping : Think n°51: Les deux ans de ThomasThink.com ! | Thomas Think

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *